Nieuws uit de Brugse regio

Gratieverzoek voor Lappersfortbos aan Sarkozy

Gratieverzoek voor Lappersfortbos aan Sarkozy
Brugge, zondag 21/6/2009. In een zoveelste poging om het Lappersfortbos te redden, heeft het Groene Gordel Front (GGF) een gratieverzoek ingediend bij de Franse president Nicolas Sarkozy. Een op het eerste zicht zeer ongewone werkwijzen maar het bedreigde bos in Brugge is eigendom van de firma Fabricom-GTI, een dochter van GDF-Suez, de Franse energiegroep waarin de Franse staat nof een serieuze vinger in de pap heeft.

"U bent de eerste Franse president die de ecologie in het hart van de politiek heeft geplaatst," schrijft Peter Theunynck, de voorzitter van GGF in de brief aan de president, waarin hij verder aangeeft "dat Vlaanderen één van de dunst beboste regio's van heel Europa is en dringend nood heeft aan een ecologische new deal met extra bebossing en strenge bescherming van het bestaande bosareaal. Bovendien staat een groot aantal industrieterreinen leeg en blijft momenteel onbenut en ook op de markt van de kantoorgebouwen noteert men veel leegstand."

Gezond verstand

"U beseft meer dan andere politieke leiders en bedrijfsleiders dat er geen tijd meer te verliezen valt en dat er doortastende en ambitieuze maatregelen nodig zijn, om de toekomst van ons en onze kinderen te vrijwaren," schrijft Theunynck. "Wat hebben we aan economische welvaart, als het water ons letterlijk aan de lippen staat en de lucht die we inademen ons dagelijks ziek maakt? We hopen dat u gratie verleent aan het stukje bedreigd Lappersfortbos."

Concreet vraagt GGF aan Sarkozy om "via GDF-Suez bij Fabricom-GTI aan te dringen om actief mee te werken aan en oplossingen te zoeken voor het behoud van het integrale Lappersfortbos. Zo zou dit bedrijf een voorbeeld kunnen worden van een onderneming die het pure winstbejag opzijzet en van maatschappelijk verantwoord en milieubewust handelen een erezaak maakt."

(FN-Meegedeeld-GGF)

------------

De volledige brief:

Monsieur le Président,

A Bruges, capitale de la Flandre Occidentale (Belgique), un bois est condamné à mort. Les activistes écologiques tentent de défendre les 3,5 ha du bois « Lappersfort » contre les haches et les scies articulées. Cette lutte menée depuis 8 ans est devenue le symbole de tous les bois menacés en Flandre.

Monsieur le Président, vous vous demandez probablement pourquoi nous nous adressons à vous dans cette affaire. Nous avons deux raisons. Primo vous êtes le premier président français qui a placé l'écologie au cœur de la politique. Secundo ce bois condamné à mort appartient à la société Fabricom-GTI, filiale du groupe GDF-Suez. Nous savons que vous avez votre mot à dire dans ce groupe français.

Pourquoi est-il vital que le bois « Lappersfort » soit sauvé ?

1)Le futur de nos enfants est menacé par le réchauffement climatique, par le problème des particules fines (à l'origine de cancers et d'asthme, faisant augmenter la mortalité infantile), ainsi que par le problème de la disparition de l'espace libre (nécessaire pour le bien-être spirituel). Les bois urbains tels que celui du « Lappersfort » sont les poumons verts de la société et des lieux de repos qui contribuent à rendre les villes plus vivables. Ces bois devraient s'agrandir au lieu de diminuer.
2)La Flandre est une des régions les moins boisées d'Europe. Selon la cartographie des bois et forêts, seulement 10,8 % du territoire flamand, soit environ 146 000 ha, est constitué de forêts, ce qui équivaut à 0,024 ha de forêt par habitant. Une nouvelle donne écologique ainsi qu'une protection sévère des bois existants s'impose chez nous.
3)De tous les bois qui nous restent, une grande partie est située dans des zones à vocation non forestière (zone industrielle, zone d'habitation, zone de récréation). Un tel processus d'aménagement du territoire expose tous ces bois à des dangers permanents.
4)Pour le moment un grand nombre de terrains industriels reste vide ou inutilisé. Il y a donc surcapacité de terrains, d' immeubles et de bureaux sur le marché.

Que voulons nous atteindre avec notre recours en grâce ?

Lors de nos précédents contacts avec l'administration et Fabricom-GTI, nous avons toujours défendu l'option d'un « échange de terrain ». L'ideal serait que Fabricom-GTI obtienne un terrain industriel en échange des 3,5 ha du bois « Lappersfort ». Ceci n'est réalisable qu'avec de la bonne volonté et des perspectives d'avenir. A ce jour, il nous semble que les divers acteurs n'aient pas encore pris toute la mesure de l'urgence, en tout cas pas assez pour entrer en action.

Plus que tout autre chef d'état ou chef d'entreprise, vous réalisez qu'il n'y a plus de temps à perdre et que des mesures énergiques et ambitieuses s'imposent afin de préserver le futur de nos enfants. Que vaut la prospérité économique quand l'eau nous monte à la gorge et quand l'air que nous respirons nous rend malade ?

Nous espérons que vous saurez gracier le petit bois « Lappersfort » qui est menacé.

Concrètement, pouvons-nous vous demander d'inciter Fabricom-GTI à collaborer avec tous les acteurs concernés en vue de trouver une solution assurant la sauvegarde du bois « Lappersfort » dans son intégralité ? Cette société serait ainsi exemplaire en privilégiant sa responsabilité sociale et le respect de la nature par rapport à la priorité du gain. Pour le groupe GDF-Suez , qui, en Belgique, ne jouit pas de la meilleure réputation sur ce plan, ceci serait une excellente opportunité de devenir une société à visage humain. La planète, l'humanité et une des plus grandes sociétés françaises en sortiraient vainqueurs.

Il suffit parfois qu'un homme ou une entreprise ose effectuer un simple pas dans la bonne direction pour que s'éveillent les esprits et se réalisent des choses importantes au niveau de l'humanité. Monsieur le Président, nous savons que vous êtes un homme audacieux. Si quelqu'un peut réaliser un changement de mentalité, vous êtes cette personne.

Nous vous remercions par avance de l'attention que vous accorderez à notre recours en grâce et nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de nos sentiments les plus respectueux.

Peter Theunynck, président du Groene Gordel Front van Brugge en Ommeland & porte-parole de la Lappersfort Poets Society
Luc Vanneste, secrétaire du Groene Gordel Front van Brugge en Ommeland
Meer op www.ggf.be
Meer over Milieu    Actie    
afdrukken Afdrukvriendelijke versie mailenMail permalink naar dit bericht

Reageer via Facebook of twitter

Tweet

Vandaag